- Advertisement -

L’Algérie va-t-elle se débarrasser de “Ibrahim Ghali” en tant que leader du faux front ?

Il semble que l’Algérie ait commencé à se trouver très gênée dans la poursuite d'”Ibrahim Ghali” à la tête du “Polisario”, à cause de son passé noir des droits de l’homme, qui a fait de lui un “pari”, alors que plusieurs pays étrangers sont réticents pour le recevoir sur leurs terres.

Dans un contexte connexe, l’activiste Mustafa Salma Ould Sidi Mouloud a déclaré que l’Algérie avait décidé de se débarrasser du chef du front séparatiste, écrivant sur sa page Facebook que : “Selon les fuites de la réunion de la direction du Polisario (le Secrétariat national) qui a expiré il y a deux jours, Ghali a décidé de tenir la conférence du front à la fin de cette année. Pendant ses délais légaux, un cas rare dans l’histoire du Polisario. Il a également annoncé à ses camarades qu’il ne se présenterait plus à la direction de l’organisation, et leur a demandé de penser désormais à un remplaçant.Le porte-parole a poursuivi dans le même post : « Il n’est pas exclu que ce soit une volonté algérienne, après que la présence de Ghali à la tête de la direction du Polisario soit devenue pour elle une grande gêne, après l’exposition de son bilan en matière de droits de l’homme et son suivi judiciaire en Espagne, surtout après que l’Espagne a répondu aux pressions marocaines après l’avoir reçu, et Peur que l’incident se reproduise avec un autre pays.”

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies