- Advertisement -

GIEC : la fin du monde s’approche, si on ne réagit pas

Début avril, on a reçu le dernier rapport du GIEC, et en vrai, si on ne réagit pas promptement, cela risque d’être assez détruisant pour la planète, et déclarera la fin du monde

 

Avant de commencer, nous allons présenter le GIEC, c’est le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, créé en 1988 pour le programme des nations unies pour l’environnement et pour l’organisation météorologique mondiale, il rassemble sous son nom cent quatre-vingt-cinq états membres.

 

 

Concrètement, le groupe GIEC rassemble des scientifiques de plusieurs nationalités, de diverses disciplines et est composé de trois groupes de spécialités différentes, l’aspect scientifique du changement climatique, l’impact et la vulnérabilité des systèmes sociaux économiques et naturels, et enfin le dernier groupe qui se spécialise dans les solutions envisageables.

 

Depuis sa création, le GIEC a publié cinq rapports, l’avant dernier nous a montrer que toute augmentation au-delà de 1,5 degrés par rapport au niveau préindustriel, aggraverait l’impact sur l’environnement, ces 1,5 degrés sont calculés par rapports aux années 1850, 1900, qui fait la part de référencement.

Le 4 avril 2022, les experts du GIEC ont publié un nouveau rapport, consacré aux solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, que l’on appelle aussi les GES, les principaux sont le dioxyde de carbone, la vapeur d’eau, et le méthane. Bon ce rapport précise que si on continue de cette cadence, et que les chiffres continuent à augmentés, on va se trouver face à des effets négatifs sur la sécurité alimentaire, l’accès à l’eau, la santé humaine, ainsi que la fonte des glaces des deux pôles. Par exemple, il y a quelques jours en Afrique du sud, au moins 253 personnes ont été tuées dans des inondations causées par des fortes pluies sur la côte est, et cela c’est un petit exemple parmi tant d’autres.

 

En vrai, on s’attendait à que ce rapport soit dramatique, mais en réalité le message que le GIEC a voulu passé est un peu différent, puisque on a lu partout que l’humanité dispose de trois ans pour réagir, le rapport précise qu’il n’est jamais trop tôt pour effectuer les changements, espérant réduire par deux les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030.

 

Ensuite plusieurs solutions ont été proposées, comme le fait de favoriser le train que l’avion, le vélo que la voiture, de consommer moins de bovines, en règle générale, avoir une consommation plus responsable.A ce niveau-là, il n’y a aucun problème, mais on a quand même l’impression qu’on a une énorme responsabilité mise sur nos épaules, alors qu’on attendant, ils sont en train d’organiser une coupe de monde au Qatar, où ils sont en train de construire des climatiseurs pour donner une température ambiante à des stades.

 

D’ailleurs, plus récemment, Jean Castex,  haut fonctionnaire, homme d’État français, Premier ministre depuis le 3 juillet 2020, et grand engagé dans la cause, a fait un aller-retour en jet privé pour pouvoir voter dans sa ville, en un jour il a relâché 4400 kg de CO2 dans l’atmosphère, autant que ce qu’une personne ordinaire émet en 6 mois, donc il est bien bon de demander le tri des poubelles, d’aller au travail en vélo, mais à un moment donné, il serait sympa que les changements viennent du plus haut, et surtout du monde politique. Le souci, c’est que le mandat du GIEC consiste à fournir une expertise qui devrait aider à la prise de décision politique, mais il ne prend pas part aux négociations, il a même été accusé de dramatiser la situation du, il n’est donc pas étonnant qu’il soit difficile de se rendre compte de l’état d’urgence.

 

Vous ! Vous étiez au courant du nouveau rapport du GIEC ? Est-ce que vous comprenez l’importance de l’écologie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies