- Advertisement -

Le ministère de la Réforme de l’administration compte améliorer le pouvoir d’achat des salariés 

 

Le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration a souligné que l’accord social signé par le gouvernement, la Confédération générale des entreprises du Maroc et les centrales syndicales les plus représentatives s’accompagnait d’un certain nombre de mesures visant à améliorer le pouvoir d’achat des femmes salariées et des employés du secteur public.

 

Le ministère a ajouté, dans un communiqué aujourd’hui, dimanche, que cet accord s’inscrit dans la lignée des directives royales appelant à renforcer l’effort national de consolidation des fondements de l’État social, expliquant qu’il a été convenu d’augmenter le salaire minimum dans le secteur public à 3.500 dirhams net, dans le but d’améliorer la situation matérielle au profit des salariés classés dans les barèmes des salaires minima, procédure qui entrera en vigueur à compter du 1er septembre 2022.

 

La communication indique que la ministre de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, Ghita Mezzour, a participé hier, samedi, à la cérémonie de signature du procès-verbal de l’accord social, en sa qualité de coordinatrice du Comité du secteur public, qui comptait parmi ses membres des représentants du ministère de l’économie et des finances et des collectivités territoriales.

 

Il a souligné que la réunion a vu la signature de l’accord social entre le gouvernement, la Confédération générale des entreprises du Maroc et les centrales syndicales les plus représentatives, un accord social qui culmine dans une série de réunions et de séances de travail avec les partenaires sociaux.

 

Afin de renforcer la protection contre les risques et maladies professionnelles des salariées et salariées, il a été convenu, selon la même source, d’adopter de nouvelles mesures législatives et réglementaires en la matière, permettant à la salariée concernée de faire face aux effets de ces maladies et accidents.

 

Il a expliqué que le pourcentage d’indemnisation sera revu en cas d’invalidité totale ou de décès, ainsi que la simplification des démarches et modalités liées au bénéfice de cette indemnisation. Les exigences législatives relatives aux licences de maladie à moyen et long terme seront également revues.

 

Un engagement a également été pris, ajoute la communication, de revoir le système de l’impôt sur le revenu, en plus de supprimer la septième échelle pour les employés appartenant aux assistants administratifs et aux assistants techniques. Il s’agit d’une mesure qui constitue un mécanisme fondamental pour améliorer le statut des salariés appartenant à ces deux organismes, en leur permettant de poursuivre un parcours professionnel stimulant.

 

Après suppression du barème 5 en 2016, et ajout du barème 9 début 2022, le barème 7 sera supprimé, procédure qui entre en vigueur au 1er janvier 2023.

 

S’agissant de la promotion, la communication soulignait qu’il avait été décidé de porter le quota de promotion dans le diplôme de 33% à 36%, ce qui augmenterait le nombre de salariés bénéficiant d’une promotion chaque année, sachant que la promotion est l’une des principales entrées pour améliorer la situation. Le matérialisme pour les employés, et un mécanisme important pour les récompenser de leur rentabilité. Cette mesure entrera en vigueur le 1er janvier 2023.

 

Il a noté que pour la première fois au Maroc, et dans le domaine de la promotion de l’égalité, une licence de paternité rémunérée sera homologuée pour une durée de 15 jours, une procédure qui s’inscrit dans le cadre de l’harmonie avec le principe de coresponsabilité sur lequel la famille marocaine se fonde sur le droit national, expliquant que parmi les objectifs les plus importants de l’adoption de cette mesure, promouvoir la conciliation entre la vie professionnelle et privée des employés, en particulier des femmes, en partageant la responsabilité familiale et en les soulageant de leur fardeau.

 

S’agissant de l’indemnisation familiale, la communication a souligné qu’un engagement a été pris d’augmenter sa valeur pour les quatrième, cinquième et sixième enfants de 36 dirhams à 100 dirhams par mois. Il a également été convenu de créer une institution paritaire pour la promotion du travail social au profit des employés de l’administration publique qui ne disposent pas d’institutions de travail social, par l’adoption d’une loi les réglementant, étant donné le rôle important joué par ces institutions dans la fourniture un certain nombre de services importants aux employés dans de nombreux domaines, notamment : la santé, le logement, les vacances, les prêts.

 

Il a ajouté qu’afin d’activer ces obligations dans les meilleurs délais, un ensemble de projets législatifs et réglementaires seront préparés dans le but de les soumettre à la procédure d’approbation.

 

Selon la communication, ce cycle de dialogue social, dont le Premier ministre a assuré la direction et la présidence, et qui a abouti à l’accord du 28 ramadan 1443 correspondant au 30 avril 2022, est le premier du genre dans le cadre du téléchargement de la contenus du nouveau modèle de développement conformément à la vision royale de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies