Le Secrétaire Général de l’ONU encourage l’avancement des droits des personnes autistes

À l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a rendu hommage aux personnes autistes, soulignant la nécessité de faire progresser leurs droits.

Dans un message à cette occasion, le chef de l’ONU a souhaité « réaffirmer notre détermination à faire progresser leurs droits naturels ».

« Malgré les progrès importants qui ont été accomplis, les personnes autistes continuent de se heurter à des obstacles sociaux et environnementaux qui les empêchent d’exercer pleinement leurs droits et leurs libertés fondamentales, notamment ceux qui sont énoncés dans la Convention relative aux droits des personnes handicapées et le Programme de développement durable à l’horizon 2030 », a-t-il indiqué.

« Nous devons faire mieux – en promouvant l’éducation inclusive, l’égalité d’accès aux emplois, l’autodétermination et un environnement où chacune et chacun est respecté. Et ce faisant, nous reconnaîtrons également le rôle des familles, des aidants et des réseaux de soutien », a ajouté M. Guterres.

« Aujourd’hui, comme chaque jour, apprécions à sa juste valeur la contribution active et diverse des personnes autistes à nos sociétés, et œuvrons avec ces personnes pour bâtir un monde inclusif et accessible à toutes et tous », a affirmé le Secrétaire général.

Ces dernières années, des progrès considérables ont été réalisés en matière de sensibilisation et d’acceptation de l’autisme, notamment grâce aux nombreux défenseurs de l’autisme qui ont travaillé sans relâche pour faire connaître l’expérience vécue par les personnes autistes au reste du monde, souligne l’ONU.

Les personnes autistes restent néanmoins confrontées à la discrimination et à d’autres défis. Comme pour le reste de la population, les personnes autistes ont un large éventail de talents et se heurtent à des difficultés mais ceux-ci ne sont souvent pas reconnus par le monde dans lequel elles évoluent.

En outre, les niveaux de sensibilisation et d’acceptation varient considérablement d’un pays à l’autre, selon la même source.

vous pourriez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.