- Advertisement -

Plaintes contre les émissions du ramadan : HACA triomphe pour la liberté de créativité

 

Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle a rendu son avis sur les plaintes qu’il a reçues concernant certaines émissions et productions du Ramadan, notamment des œuvres de fiction (séries, sitcoms, capsules comiques…), diffusées par Channel One et Channel Two pendant le Ramadan 2022.

Dans un communiqué, le Conseil a annoncé qu’après avoir étudié, délibéré et statué sur toutes ces réclamations lors de sa réunion du 29 avril 2022, il « réaffirme que la liberté de création, notamment dans les œuvres d’imagination, fait partie intégrante de la liberté de la communication audiovisuelle tel que consacré par la loi n° 77.03 relative à la communication audiovisuelle et la loi n° 11.15 portant réorganisation de la Commission suprême.

 

Dans ce contexte, le Conseil suprême a considéré, dans la même communication, qu’écrire un scénario, diagnostiquer des situations, distribuer des rôles, représenter des personnalités, incarner des événements réels ou simuler des périodes historiques dans des œuvres de fiction, relève nécessairement de la vision artistique du chef d’entreprise, et traduit sa liberté en les incarnant. Au contraire, la liberté des œuvres imaginatives, dans le cadre de leur valeur artistique et créative, ne prend racine et ne se développe que si elles sont mises en œuvre dans la soustraction, le traitement et le style.

 

Dans la même communication, il considérait que le débat public sur la liberté et la qualité des œuvres de fiction, que ce soit à travers la critique artistique experte ou la critique journalistique spécialisée, ou à travers les appréciations du grand public, soit désapprobation soit approbation, est un exercice sain et souhaitable qui contribue au développement de la pratique des médias, tant en ce qui concerne les œuvres créatives qu’en ce qui concerne les politiques publiques des médias, dans leur ensemble.

 

Le Conseil considère également, selon la même source, que la demande de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle de mettre en œuvre une tutelle et une censure sur les choix de programmes des chaînes de radio et de télévision, soit sous forme d’interdiction, de retrait ou de dictée, contredit son mandat institutionnel, en tant qu’institution de régulation indépendante, pour assurer le respect de la liberté de communication audiovisuelle et de la liberté d’expression.

 

Le législateur garantissant que les radios et chaînes de télévision publiques et privées diffusent librement leurs programmes, que ces programmes soient des productions internes, coproduits avec des sociétés extérieures ou acquis en tant qu’œuvres prêtes à être diffusées. Cependant, il reste soumis à des principes juridiques spécifiques liés aux idéaux démocratiques établis et aux droits de l’homme, tels que le devoir de ne pas porter atteinte à la dignité humaine, le respect du principe de la présomption d’innocence, la non-incitation au racisme, à la haine ou à la violence, et la non-discrimination ou l’avilissement des femmes.

 

Il a souligné que la liberté de créativité est un indicateur significatif de la mesure dans laquelle d’autres libertés sont cultivées et consolidées dans l’espace public, et que la liberté d’expression dans la critique des œuvres d’imagination, en particulier, et du contenu des médias, en général, reste nécessaire d’améliorer la qualité de ces œuvres et des interactions publiques, mais leur effet éclairé reste tributaire de l’ampleur de leur éloignement. Des discours de stigmatisation, de discrimination ou d’incitation. L’objectif de la légalisation des médias indépendants est de soutenir et de consolider des principes purement démocratiques, au premier rang desquels se trouvent la liberté, le pluralisme et la diversité, tels que la liberté de créativité, la pluralité des visions artistiques et la diversité des modèles culturels dans les œuvres imaginatives.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies