- Advertisement -

Malgré la qualification des “lions” pour la Coupe du monde, la rue marocaine s’accorde sur la nécessité du départ de “Wahid”

Avec la fin de l’interview d’hier, qui a accordé à l’équipe nationale marocaine un laissez-passer pour la Coupe du monde au Qatar, aux dépens de la République démocratique du Congo, après l’avoir battue 4-1, les supporters marocains ont renouvelé la demande du départ de l’électeur national, le Bosniaque Vahid Halilhodzic, alors que des voix s’élevaient dans la foulée de cet entretien, exigeant la nécessité de rechercher une alternative éprouvée capable de conduire l’équipe nationale vers des réalisations importantes et tant attendues, que ce soit au niveau continental ou même au niveau le niveau des prochaines finales de la Coupe du monde au Qatar

La plupart de ceux qui s’intéressent aux affaires du football ont estimé que tous les problèmes que l’équipe nationale a rencontrés, dus à l’entêtement de  Wahid, ont coûté cher à l’équipe nationale, en référence à la manière dont Hakim Ziyech, la star de Chelsea, et son collègue Nasir Mazraoui, vedette de l’équipe néerlandaise de l’Ajax, a été exclu. , en plus de la grande ambiguïté qui a entouré l’échec d’appeler Collidor Abdel Razzaq Hamdallah, le meilleur buteur de l’équipe saoudienne Ittihad FC, malgré son brio très remarquable, non pour mentionner la grande improvisation qui a caractérisé les plans adoptés par Waheed dans chaque interview, ainsi qu’un certain nombre de décisions surprenantes qu’il prenait constamment , se référant au rappel de noms qui prouvaient toutes les opportunités qui leur étaient données qu’ils ne méritaient pas de porter le maillot national, en échange de priver d’autres noms qui auraient pu constituer une valeur ajoutée pour l’équipe nationale.

Pour tout ce qui a été évoqué, les supporters marocains ont estimé que la situation sensible et décisive que traverse l’équipe nationale nécessite d’abord le départ de Vahid Halilhodzic, qui a lamentablement et clairement échoué à créer une équipe compétitive, convaincue de ses performances et de ses retours continus. , et de le remplacer par un nouveau profil, doté d’une grande expérience, capable d’atteindre les objectifs fixés. Ce qui formait l’exigence de la rue marocaine, avec la nécessité d’accélérer un rapprochement général entre les composantes de l’équipe nationale, en pliant toutes les précédents différends causés par Wahid, et répondant au pouls de la rue marocaine aspirant à une équipe nationale qui superviserait le pays, à l’instar de ce qui s’est passé lors de la Coupe du monde en Russie sous la supervision de l’ancien entraîneur Hervé Renard.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies