Des bactéries découvertes par des chercheurs russes peuvent décomposer le pétrole

Des chercheurs russes ont découvert dans la mer du Japon des bactéries résistantes au froid qui sont capables d’absorber le pétrole, ce qui pourrait aider à créer un produit biologique afin de nettoyer l’eau polluée aux hydrocarbures, a annoncé, lundi, l’Université fédérale d’Extrême-Orient.

 

Dans le cadre d’une étude à grande échelle, des spécialistes de l’Institut mondial de l’océan relevant de l’université ont découvert des bactéries qui ont « démontré leur capacité à détruire divers composants pétroliers à basse température », précise un communiqué de l’institution académique.

 

Les chercheurs ont été en mesure d’identifier la capacité à dégrader le pétrole chez 12 types de bactéries. Les spécialistes étudieront davantage le génome de ces bactéries pour révéler les mécanismes du fonctionnement de leurs gènes et enzymes.

 

À l’étape actuelle, les scientifiques se donnent comme objectif d’identifier les plus actives parmi ces bactéries et « de développer un produit biologique pour nettoyer les eaux de la mer du Japon de la pollution aux hydrocarbures », poursuit l’université basée à Vladivostok, une ville portuaire située au sud-est de la Russie à proximité des frontières avec la Chine et la Corée du Nord.

 

Les résultats de l’étude permettront aux scientifiques de développer des outils plus efficaces pour surveiller la pollution pétrolière dans les mers et la nettoyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.