Madagascar: La BAD accorde un don de 20M$ pour renforcer la sécurité alimentaire

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé, samedi, avoir accordé à Madagascar plus de 20 millions de dollars pour renforcer sa sécurité alimentaire face aux effets de la guerre russo-ukrainienne.

 

Le financement, qui a été approuvé vendredi par le Conseil d’administration de la BAD, vise à accroître la production de céréales et d’oléagineux dans la Grande Ile, a indiqué le groupe dans un communiqué.

 

Il a ajouté que ce montant est composé d’un don du Fonds africain de développement à hauteur de 78% (15,77 millions de dollars), alors que la contribution de la Facilité d’appui à la transition représente 22 % (4,43 millions de dollars).

 

Le responsable-pays de la BAD à Madagascar, Adam Amoumoun, a souligné que «ce financement couvrira quatre filières agricoles : le riz, premier aliment de base des populations malgaches, le blé qui sera transformé en farine pour la consommation humaine, le soja et l’huile pour la fabrication d’huile alimentaire et de tourteau pour le bétail».

 

Selon la banque, cette somme aidera également à renforcer le système semencier national pour la production de 7.540 tonnes de semences certifiées améliorées et résilientes, fournir à 139.100 producteurs (dont 30 % de femmes) près de 2.500 tonnes de semences certifiées et 21.830 tonnes d’engrais à l’aide de la plateforme de bons électroniques du ministère de l’Agriculture et de l’Élevage.

 

En outre, poursuit la BAD, le financement vise à améliorer la gouvernance et la durabilité en matière de production agricole en veillant au développement d’une agro-industrie locale, à l’accélération de la substitution de la farine de blé avec d’autres produits locaux (farine de manioc et de patate douce) et au renforcement des chaînes de valeurs des oléagineux.

 

Afin de faire face aux effets de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui fait flamber les prix des denrées alimentaires, le Conseil d’administration de la BAD a approuvé, en mai dernier, une Facilité africaine de production alimentaire d’urgence de 1,5 milliard de dollars.

 

L’objectif est de produire au cours des deux prochaines années, 38 millions de tonnes supplémentaires de nourriture d’une valeur 12 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité et de cookies